Imprimer Revue EP&S 1 n°19 - Septembre-Octobre 1984

Le musée du sport...

À quelques mois de son ouverture
  • Jean Durry
  • Code : 80019-14

Le Musée du Sport Français va bientôt ouvrir ses portes, événement impatiemment attendu depuis plusieurs années.

Illustrations : Musée du Sport

Cet instant-là ne sera, certes, qu'une étape. Mais, pour l'atteindre, il fallut parcourir une longue route. Ce chemin, plus difficile qu'on ne pouvait l'imaginer, le moment est venu de le revivre. Comme il convient de brosser à grands traits un panorama des collections déjà réunies, afin de donner une idée des possibilités offertes par un instrument de travail de l'importance duquel on commence à peine à prendre conscience.

Le Musée du Sport, organisme du Ministère du Temps Libre, de la Jeunesse et des Sports, fait partie intégrante de la Direction des Sports. Il n'est sans doute pas inintéressant de revivre rapidement ce que fut le processus de sa mise en place. C'est le 29 novembre 1963 que le communiqué de presse n° 104 du Secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports annonça que M. Maurice Herzog venait de décider la création, en liaison avec le Ministère des affaires culturelles, du Musée du Sport et la nomination d'un responsable. L'idée remontait à 1960, date à laquelle M. Roland Nungesser avait posé une « question écrite » à l'instigation d'une des figures du « Yachting » Georges P. Thierry, sur l'intérêt qu'il y aurait à installer un Musée « des sports » - comme on disait alors - à l'intérieur du « stade de 100 000 places ».

Ce dernier, on le sait, ne devait jamais voir le jour. Mais, la suggestion ainsi lancée allait rebondir. Hélas, le projet prenait corps quelque trente années plus tard. C'était entre les deux guerres qu'il eût fallu recueillir les témoignages, les documents et les objets liés aux premiers temps de la pratique sportive dans notre pays, alors que les acteurs vivaient encore. L'École de Joinville, au reste, en était consciente elle qui avait rassemblé avec soin certains éléments. Durant le second conflit mondial, tout fut balayé.

C'est donc du point zéro qu'il fallut (re)partir. L'embryon des collections sera d'abord regroupé, sur intervention personnelle d'André Malraux, dans une salle située au premier étage du Musée des Arts africains et océaniens, Porte Dorée. Puis, le Colonel Crespin, Directeur des Sports, service dont dépendait le Musée auquel il s'intéressait activement, demandait l'accueil de l'Institut National des Sports pour y abriter les collections toujours plus importantes, hospitalité et soutien absolument vitaux qui ne se sont jamais démentis jusqu'à l'époque actuelle.

Pour ce qui est de l'implantation du Musée lui-même, diverses hypothèses furent étudiées : par exemple celle de Nogent-sur-Marne, près de l'ensemble nautique et du port de plaisance. Petit à petit, on s'orienta vers le stade du Parc des Princes. Dès 1975, se prépara l'accord quadripartite liant l'État, la ville de Paris, propriétaire du stade, et les deux Fédérations concessionnaires - Fédération Française de Football, Fédération Française de Rugby - aboutissant à la convention signée le 8 mars 1979.

Les travaux furent lancés par le Service de l'Equipement du Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, avec comme conducteur de travaux, le Service Constructeur des Académies de la Région Ile-de-France, le 14 octobre 1980. Désormais, le Musée va disposer de trois niveaux (niveau 1 pour les expositions temporaires, niveau 2 pour l'exposition permanente évolutive, niveau 3 pour le centre de documentation et une partie de la conservation), ainsi que d'un sous-sol pour la réserve, aménagé avec le souci d'utiliser rationnellement, et au maximum, le volume disponible.

UN INSTRUMENT DE TRAVAIL ET DE CONTACT

C'est avec ténacité que la petite équipe peu à peu constituée s'est acharnée à réunir des collections dont le foisonnement, la variété et, faut-il le dire très simplement, la qualité, ont permis au Musée, à partir de 1968, (aux Jeux Olympiques de Mexico), de multiplier ces expositions grâce auxquelles s'est manifesté de manière bien tangible, en France comme à l'étranger, l'intérêt dynamique du projet.

Qu'il suffise aujourd'hui de rappeler quels furent, depuis la conception d'origine, les quatre secteurs d'activité et de prospection.

Documentation écrite et sonore

Quelque six mille volumes remontant jusqu'au XVe siècle (De Duello de Paris de Puteo 1521) ; périodiques ; manuscrits (près de deux cents originaux de Coubertin, par exemple).

Cinémathèque

Bandes d'actualité, moyens métrages et films de fiction.

Objets et équipements sportifs

Ayant ou non appartenu à des champions ; d'une draisienne de 1820 à l'une des torches du parcours de la flamme olympique vers Sarajevo ; objets de toutes tailles et de tous matériaux.

Représentations iconographiques du thème sportif

Assiettes, diplômes, médailles, timbres, sculptures, peintures, gravures et dessins originaux, sans oublier les affiches dont plus de cinq cents antérieures à 1914 et signées Toulouse Lautrec, Bottini, Cheret, Forain, Guillaume ou Vuillard.

Les expositions itinérantes, sur les thèmes les plus divers, sont tout aussi essentielles (notamment grâce aux notices détaillées commentant chaque élément exposé) que le furent la réunion et la mise en état d'un fonds documentaire considérable qui se trouvera, bientôt à la disposition de tous. C'est dans cette double optique que Georges-Henri Rivière, Conseiller permanent à l'ICOM (Association Internationale des Musées auprès de l'UNESCO) nous a, dès l'origine, encouragés et continue de le faire avec tout son talent, toute son expérience de créateur et d'incitateur.

Vous tous que passionnent les activités sportives et physiques, leur naissance, leur développement et leur constante évolution, durant plus de trois lustres, nous avons travaillé pour vous. Bientôt, vous en cueillerez les fruits.

Musée du Sport : 24 rue du Commandant Guilbaud, 75016 Paris (Parc des Princes).

L'auteur : Jean Durry

Directeur du Musée du Sport

Commentaires

* : Champ obligatoire.
 

EP&S vous propose

  • image description

    Livres : L'épreuve d'éducation physique et sportive au CRPE

    Cette édition, revue et enrichie en 2018 correspond aux exigences en vigueur pour la session 2020.

    Avec la masterisation de la formation, le concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) doit non seulement valider les connaissances des candidats, mais aussi apprécier leur aptitude à enseigner une discipline qui contribue de manière irremplaçable au développement de l’enfant.
    Le coefficient attribué à l’épreuve d’EPS atteste de son importance. Outre la préparation méthodique à l’épreuve, cet ouvrage détaille les enjeux des textes réglementaires les plus récents. Au-delà de la réussite au concours, il offre de multiples clés pour l’entrée dans le métier.

    À partir d’une analyse des rapports de jurys de toutes les académies :
    • Des propositions méthodologiques pour structurer l’exposé et répondre aux questions du jury.
    • Une présentation du système éducatif, des besoins des élèves et des connaissances spécifiques à l’EPS.
    • Un répertoire de 52 situations couvrant toutes les activités physiques aux trois cycles de l’école primaire dont celles figurant sur les listes de chaque académie.

    J'achète à 22.00 €
  • image description

    Livres : La course d'orientation en situation

    C’est une approche originale et innovante de la course d’orientation que nous présentent ici Johann Rage et Nicolas Hayer. Outre la lecture de la carte et du terrain (axe 1), les élèves apprennent à concevoir leurs itinéraires (axe 2), à maîtriser les techniques de déplacement (axe 3) et à analyser leur activité à l’aide d’outils numériques (axe 4) : montres GPS, applis pour smartphones dédiées à la CO, logiciels gratuits spécialisés. Illustré par plus d’une centaine de cartes (et d’extraits de cartes) en couleurs, une vingtaine de dessins et des captures d’écran, ce livre offre en format poche un condensé indispensable de CO 2.0.

     

    J'achète à 19.00 €