Imprimer Revue EP&S-Le Magazine n°337 - Mai-juin-Juillet 2009

PUBLICATIONS

  • Raymond Dhellemmes
  • Code : 70337-50
  • Publications

Paris, éditions Publibook, 2009, 30? - http//www.fellerath

Cet ouvrage n'est ni un traité de pédagogie, ni un recueil de pensées philosophiques, ni un manuel de formation. L'auteur, selon lui, n'est ni «pédagogue», ni didactlcien et ne se revendique d'aucun «courant». Proposant au lecteur d'avancer pas à pas avec lui dans l'origine de ses convictions, il dévoile tardivement sa qualité de professeur d'EPS, ne se présentant d'abord que comme «un simple enseignant», lassé d'entendre des discours démobilisateurs, révolté face à la morosité. Il se pose ainsi d'emblée comme « entrant en résistance», et on comprendra que cette résistance s'adresse à l'abandon des valeurs de l'école républicaine. Il revendique d'ailleurs ces valeurs comme solutions aux difficultés actuelles. C'est donc bien un « plaidoyer».
L'ambition est considérable d'autant qu'on découvre progressivement que son propos s'appuiera sur l'EPS, discipline scolaire certes, mais proclamée «entièrement à part». Comment alors s'adresser à l'ensemble des disciplines au travers de celle qui se dit singulière ? En adepte des activités à risque, l'auteur se lance ce défi auquel il en ajoute un autre : apporter la preuve par la description Philippe Fellerath de ses pratiques, «qu'il est possible» d'enseigner malgré tout, dans le respect et l'exigence des valeurs humanistes et républicaines. Cela le conduira à un dialogue permanent entre ses pratiques et des références issues de champs multiples. Cet ouvrage sort réellement de l'ordinaire. Par la fraîcheur des propos que certains pourront taxer de naïfs : il leur faudra relire. Par cette volonté forte qu'on ressent de ne pas baisser les bras, de construire des diagnostics rompant souvent avec les analyses en creux (les fameux manques). Par une écoute sensible des élèves qui évite toute forme de désespérance naïve. Sur ce point, les propositions de l'auteur devraient apporter un réconfort à « ceux qui n'y croient plus ». Certes l'école républicaine ne peut pas tout mais elle peut beaucoup pour autant que les valeurs dans lesquelles elle s'enracine se traduisent en pratiques novatrices.
Avant d'entrer dans le vif de son sujet: « Comment transformer les attitudes des élèves ?», un détour va permettre de fonder le choix des conceptions éducatives défendues. Cette démarche surprenante articule les champs économique, politique et celui des transformations de la société. On pourrait objecter que le pédagogue qui s'exprime ici ne dispose pas des compétences pour dresser un tel tableau. Mais, dans le contexte actuel, chacun est tenu sur ce point de faire preuve d'humilité. On pourra trouver ici matière à réactiver sa connaissance des enchaînements de fait d'un passé récent, concernant la gestion éducative des publics scolaires difficiles.
La seconde partie montre l'articulation entre l'approche pédagogique par les attitudes et les conditions de développement des savoir être. Faire preuve de « pragmatisme », ce n'est pas se contenter d'une perspective subjective. Un empirisme objectif est mobilisé ici pour organiser des diagnostics et profiler des « remédiations» fondées sur l'analyse du rapport des élèves à leurs activités scolaires. Le tout conduit à identifier les compétences sociales que les élèves doivent acquérir. La relation pédagogique sera dès lors au coeur des propositions. On suit l'auteur dans sa démonstration, d'autant qu'il réfute les arguments que développent les tenants du «tout savoir», qui ne souhaitent pas aller sur ce terrain taxé par eux de «pédagogisme».
La troisième partie réintroduit les parents dans la réflexion pédagogique. Davantage partenaires privilégiés de l'école que faire-valoir, les parents, par leur rôle éducatif essentiel au sein de la famille, se volent proposer des fiches de contrat qui donnent des indications sur le travail scolaire « à la maison ». Cette forme « d'intrusion » dans l'espace privé pourrait poser des difficultés. On Imagine ce qu'il faut de doigté, de conviction et d'exemplarité pour obtenir l'indispensable relation de confiance que suppose cette démarche.
La quatrième partie aborde la question du sens des savoirs. Philippe Fellerath pose des questions de fond sur la responsabilité de l'école dans la réduction des inégalités qui passe selon lui par une reconnaissance de la valeur de chacune des disciplines. Mais les obstacles sont nombreux et parmi eux les divergences d'attentes relatives aux diverses matières et à l'EPS notamment. Il y a là un problème de représentation, chez les acteurs, de la part des acquisitions corporelles dans le parcours de formation globale des jeunes.
Les solutions avancées relèvent plus des démarches d'enseignement que d'une réelle Interrogation sur les contenus de savoir en EPS. Est-ce la conséquence de vouloir rester sur le projet annoncé qui consiste à interpeller l'ensemble des disciplines? En tout cas, on regrette qu'une question ne soit qu'effleurée: celle que devraient aborder les acteurs de l'EPS à propos de la lisibilité des contenus que leur discipline offre au collège. Une autre objection émerge : sur quelles données se fonde cette conviction qu'une démarche construite à partir de l'EPS (l'auteur s'est présenté dès le début comme un «simple enseignant d'EPS») aurait une portée de généralisation à l'ensemble des disciplines? Ici, l'argumentaire sera au final de nature politique et critique sur l'autonomie relative des disciplines scolaires qui développent une activité de « lob-bying» pour maintenir leur place dans l'institution.
Le dernier chapitre reconcentre à l'aide d'outils tirés de la pratique ce qui est épars dans l'ensemble des propos précédents : des procédés au service du développement des potentialités de tous les élèves, ce qui suppose de différencier la pédagogie. Ici encore, la description de pratiques concrètes indique qu'il ne s'agit pas d'un slogan mais bien de pratiques professionnelles réelles donnant une large part aux modalités de communication écrite. Cette démarche vise à communiquer le sens de ce qui est attendu au regard du processus d'acquisition des conditions de fonctionnement autonome de groupes d'élèves. La notion de rôle est ici centrale. Certes, ces pratiques sont largement partagées dans notre communauté professionnelle, mais avec moins de précision, de rigueur et d'argumentation. L'auteur s'en démarque pour au moins une raison : il s'attribue la responsabilité de l'échec de sa démarche. En cela, il nous paraît représenter ce «praticien réflexif » que Perrenoud appelle de ses voeux.
La conclusion lui permet de se livrer à un jeu de piste consistant à débusquer ses propres contradictions pour les passer au crible des références philosophiques qui ont étayé sa réflexion pédagogique. Maniant les tensions entre les exigences contradictoires de toute société démocratique, il illustre le fait qu'un travail indispensable sur ces tensions développe la possibilité de servir les principes républicains de liberté, égalité, fraternité.
Finalement, plusieurs fils rouges traversent cet ouvrage. Nous en avons évoqué certains. Achevons par ce dernier: l'auteur cherche à se présenter constamment comme un acteur souhaitant mettre de la conscience dans ses actes au double sens du terme : faire « en conscience », et « prendre conscience » de son faire. Pari tenu, à notre avis, au prix parfois de quelques simplifications bien compréhensibles. Ce travail ouvrira des pistes. Il s'inscrit selon moi dans l'émergence d'un renouvellement d'une réflexion pédagogique fortement articulée à celle qui porte sur les valeurs humanistes, tout en restant ancrée dans les pratiques, les questions éducatives et politiques les plus générales.
Effectivement, cet ouvrage sort de l'ordinaire! En revendiquant une posture éducative républicaine (le politique rejoint et soutient en permanence l'éducatif et réciproquement), l'auteur dépasse les clivages habituels par un dialogue entre sa pratique et diverses sources, pour retrouver au fond ce qui rassemble celles et ceux qui se reconnaissent dans les fondements et les valeurs de l'école de la République. Voilà un double message de confiance et d'espoir, deux vertus que chacun pressent indispensables aujourd'hui.

Commentaires

* : Champ obligatoire.
 

EP&S vous propose

  • image description

    Livres : L'épreuve d'éducation physique et sportive au CRPE

    Cette édition, revue et enrichie en 2018 correspond aux exigences en vigueur pour la session 2020.

    Avec la masterisation de la formation, le concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) doit non seulement valider les connaissances des candidats, mais aussi apprécier leur aptitude à enseigner une discipline qui contribue de manière irremplaçable au développement de l’enfant.
    Le coefficient attribué à l’épreuve d’EPS atteste de son importance. Outre la préparation méthodique à l’épreuve, cet ouvrage détaille les enjeux des textes réglementaires les plus récents. Au-delà de la réussite au concours, il offre de multiples clés pour l’entrée dans le métier.

    À partir d’une analyse des rapports de jurys de toutes les académies :
    • Des propositions méthodologiques pour structurer l’exposé et répondre aux questions du jury.
    • Une présentation du système éducatif, des besoins des élèves et des connaissances spécifiques à l’EPS.
    • Un répertoire de 52 situations couvrant toutes les activités physiques aux trois cycles de l’école primaire dont celles figurant sur les listes de chaque académie.

    J'achète à 22.00 €
  • image description

    Livres : La course d'orientation en situation

    C’est une approche originale et innovante de la course d’orientation que nous présentent ici Johann Rage et Nicolas Hayer. Outre la lecture de la carte et du terrain (axe 1), les élèves apprennent à concevoir leurs itinéraires (axe 2), à maîtriser les techniques de déplacement (axe 3) et à analyser leur activité à l’aide d’outils numériques (axe 4) : montres GPS, applis pour smartphones dédiées à la CO, logiciels gratuits spécialisés. Illustré par plus d’une centaine de cartes (et d’extraits de cartes) en couleurs, une vingtaine de dessins et des captures d’écran, ce livre offre en format poche un condensé indispensable de CO 2.0.

     

    J'achète à 19.00 €