Imprimer Revue EP&S n°324 - MARS-AVRIL 2004

Thèse d'Hélène Joncheray : ÉTUDE DES PRATIQUANTS DE GOLF, RUGBY, SURF EN AUSTRALIE ET EN FRANCE

  • Hélène Joncheray, Pierre Parlebas
  • Code : 70324-62
  • Recherche et formation - À propos

Dirigée en cotutelle avec le professeur John Lechte de l'université Macquarie de Sydney, cette thèse comporte des analyses comparatives qui confrontent les caractéristiques des pratiquants de trois disciplines sportives bien typées (surf, golf et rugby), d'une part à l'intérieur des deux pays (Australie et France), d'autre part de pays à pays. Ce recueil de données, qui a nécessité d'interroger six sous-populations différentes de pratiquants sportifs, a engrangé près de 1100 questionnaires ; il a été complété par de nombreux entretiens et par une foule d'observations de style ethnographique.
La candidate ne s'est pas contentée du constat descriptif des caractéristiques des pratiquants ; elle a souhaité placer ces dernières en relation avec les grands traits de mise en jeu corporelle sollicités par chacune des trois spécialités sportives. Ces trois disciplines ont été choisies en fonction des contrastes de leurs traits distinctifs. Leurs attributs de logique interne ont été soigneusement rappelés par Hélène Joncheray : le golf est une activité à faible dépense énergétique, dénuée d'interactions motrices opérationnelles avec quiconque et qui se déroule dans un milieu stable et « domestiqué ». Le surf se pratique lui aussi en solo, mais en milieu instable et « sauvage » porteur d'incertitude et suscitant des décisions à brûle-pourpoint. Le rugby, qui s'accomplit dans un cadre stabilisé, tire sa réalité d'un rude affrontement relationnel entre deux équipes soudées. Donc, deux sports psychomoteurs dont l'un en milieu stable, alors que l'autre est en milieu instable, et un sport sociomoteur à structure de « jeu à deux joueurs et à somme nulle », pour reprendre l'expression de John von Neumann ou de duel selon le terme de G. Th. Guilbaud. Peut-on, s'interroge la candidate, établir une relation entre la nature physique des pratiques et la culture sociale des pratiquants ?
Les résultats mis en avant par Hélène Joncheray sont intéressants : ils révèlent que les caractéristiques des adeptes de chaque sport (âge, genre, PCS*, etc.) varient selon le sport considéré. Aux yeux de la candidate, la logique interne de chaque discipline semble donc un élément discriminant relativement aux motivations et aux représentations sociales. En revanche, de pays à pays, à l'égard de chaque spécialité sportive respective, les caractéristiques des pratiquants sont très proches. Il y a davantage de différences entre les Français (ou les Australiens) selon qu'ils pratiquent le golf, le surf ou le rugby, qu'entre les Australiens et les Français qui pratiquent l'un des de ces sports.
Il apparaît donc un processus de mondialisation sportive tel que les adeptes d'un sport donné offrent de grandes similitudes sociales, même quand ils sont situés dans des pays aux antipodes l'un de l'autre. Sans doute est-ce là une manifestation tangible du phénomène universalisant du sport qui tend à uniformiser non seulement les règles, l'espace et le matériel, mais aussi les mentalités.
Ceci étant, le rapport entre les traits d'action motrice ne sont pas en « interinfluence » mécanique et intangible avec les représentations sociales. La candidate a elle-même bien montré que, dans le cas du rugby, l'indexation des postes de jeu à des représentants de certaines classes, affirmées par certains auteurs (par exemple, les avants indexés à la classe défavorisée et les trois-quarts à la classe favorisée), était une vue de l'esprit : les faits montrent que le contexte culturel peut modifier ou même renverser certaines correspondances qui paraissaient évidentes et immuables.
Faut-il en conclure que la logique interne « s'oppose » à la logique externe ? Sans doute pas, car la logique interne est toujours l'enfant de la logique externe. Ce sont les désirs, les motivations, les attentes du public, les orientations des clubs et les représentations culturelles qui sont à la source des contraintes de la logique interne et de ses transformations au cours du temps. C'est bien d'ailleurs en cela que la dimension sociale des pratiques sportives est patente.
On pourrait donc dire que les attentes des acteurs et des publics (logique externe) tendent à s'uniformiser au plan planétaire (les réactions globales des Australiens et des Français sont très proches à l'égard du même sport) alors que les réactions au sein de chacun des deux pays vis-à-vis des différents sports respectifs manifestent des disparités notables.
En fin de thèse, la candidate rectifie le tir et resitue les deux logiques, interne et externe, dans un rapport de dépendance réciproque plus fidèle à la réalité de la production sociale des sports.
Bien entendu, dans l'état actuel des recherches, ces résultats ne peuvent être indûment généralisés à l'ensemble du champ sportif : mais ils lèvent des lièvres qui mériteront d'être pistés. Le croisement des données liées à l'action motrice et les données plus classiquement sociologiques s'est révélé fécond. On est là en face d'une thèse originale qui a donné lieu à un travail de terrain riche et éveilleur d'idées.

Cette thèse de doctorat en sciences sociales a été soutenue à l'université de Paris V. Elle a obtenu la mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité des voix. Le jury français était composé de Bernard Valade, président du jury, professeur des universités, Paris V. John Lechte, codirecteur australien de thèse, professeur, Macquarie university, Sydney. Pierre Parlebas, co-directeur français de thèse, professeur des universités, Paris V. Le jury australien était composé de Jean-Pierre Augustin, rapporteur, professeur des universités, Bordeaux III. Kevin Mac Donald, rapporteur, HDR. faculté of arts, university de Melbourne. Patrick Mignon, maître de conférences, laboratoire de sociologie, INSEP.

Notes :

* Profession et catégorie socioprofessionnelle.

L'auteur : Hélène Joncheray

Du même auteur :

L'auteur : Pierre Parlebas

Du même auteur :

Commentaires

* : Champ obligatoire.
 

EP&S vous propose

  • image description

    Livres : DOSSIER EP&S N°87. Evaluer en EPS

    En identifiant des "passages obligés" associés à des "manières d'apprendre", le groupe ressource "collège" de l'académie de Créteil a développé une méthodologie pour concevoir et organiser une évaluation originale dans 27 activités physiques et artistiques des 4 champs d'apprentissage.

    52 fiches détaillent ainsi les propositions concrètes aux cycles 3 et 4.

    J'achète à 29.00 €
  • image description

    Livres : Danses hip-hop. Breaking et danses debout

    Cet ouvrage de référence sur l’enseignement des danses hip-hop fait la part belle au breaking, discipline olympique Paris 2024.

    • Une pédagogie des danses hip-hop orientée vers le battle, le freestyle et le travail chorégraphique.

    • Des séquences d’apprentissage pour le collège et le lycée favorisant une démarche de création avec de nombreux repères permettant d’observer et d’évaluer les élèves.

    • Un entraînement structuré pour les danseurs novices et experts intégrant préparation physique spécifique et échauffement.

    • Une approche culturelle enrichie de photos et de témoignages des meilleurs danseurs : histoire du hip-hop, description des différents styles de danse, principaux chorégraphes...

    Découvrir un extrait

    J'achète à 32.00 €